Phénoménologie, sémantique, ontologie PDF

Husserl a étudié les mathématiques avec Karl Weierstrass et Leo Königsberger. Dans ses premiers travaux, il essaye de combiner les mathématiques, la psychologie et la philosophie de façon à fonder les mathématiques. Il analyse le processus psychologique nécessaire au concept de nombre phénoménologie, sémantique, ontologie PDF essaie sur cette base de bâtir une théorie systématique.


Il existe une littérature immense en langue française sur Husserl qui rend la pensée de cet auteur accessible au lecteur, même novice. Toutefois, les travaux de recherche se sont surtout focalisés sur le dernier Husserl, ses découvertes et ses apories, peu d’études replacent la première pensée de Husserl, et donc l’invention de la phénoménologie, dans son contexte, sujet de ce livre.

La pensée de Karl Weierstrass lui permet de soutenir l’idée que nous générons le concept de nombre en comptant une certaine collection d’objets. En 1876-78, Husserl étudie à Leipzig l’astronomie, les mathématiques, la physique et la philosophie. Son mentor est alors Thomas Masaryk, un ancien étudiant de Franz Brentano. De 1878 à 1881, il poursuit ses études à Berlin. Il soutient une thèse de mathématiques portant sur le calcul des variations en janvier 1883 à Vienne, sous la direction d’un ancien étudiant de Weierstrass, Leo Königsberger. D’origine juive, Husserl se convertit au protestantisme luthérien le 8 avril 1886. 1891, sous le titre de Philosophie de l’arithmétique.

En 1900-1901, il publie son premier grand ouvrage : les Recherches logiques, sur lesquelles il reviendra ultérieurement. En 1929, il est invité en France à donner deux conférences à la Sorbonne : elles deviendront les Méditations cartésiennes, texte synthétique qui esquisse les grandes questions de la phénoménologie transcendantale. En 1933, Eugen Fink, philosophe et ancien élève à qui l’on doit la Sixième Méditation cartésienne, devient son secrétaire particulier. Le professeur Husserl se voit interdire l’accès à la bibliothèque de l’université de Fribourg-en-Brisgau en application de la législation antisémite. Il est radié du corps professoral en 1936. Il meurt le 26 avril 1938, alors que le nazisme menace de destruction ses manuscrits inédits.

300 000 feuillets y restent à dépouiller. Edmund Husserl est, selon la plupart des commentateurs, entièrement dominée par le souci de retrouver des bases solides pour les sciences. La réduction phénoménologique transcendantale ou Époché, dans sa radicalité, s’affirmera plus tard dans les  Ideen I . Mathématicien de formation, Husserl s’intéresse d’abord à la philosophie des sciences, notamment à partir de la question des objets mathématiques. Puis, frappé par les rapports entre logique et mathématique, il en vient à étudier leur fondement commun. Husserl tente de refonder l’ensemble des sciences et de la philosophie.