Philosophie de l’ostéopathie PDF

Quel avenir pour les étudiants en ostéopathie? Contexte : Quels débouchés pour philosophie de l’ostéopathie PDF’ostéopathie? Ministère de la Santé dans une filière où la saturation est déjà annoncée. Dans ce contexte, quel avenir pour les étudiants en ostéopathie?


Le chiffre d’affaire d’un ostéopathe sera t il suffisant pour le faire vivre? L’offre de formation en France est-elle cohérente par rapport au besoin de notre société? Etude démographique sur l’ ostéopathie : y a t il trop d’ostéopathes en France? Il convient de faire un parallèle avec la situation climatique : Inutile de rappeler le contexte, l’information circule suffisamment. Sur ce modèle de réflexion, considérons l’avenir de l’ostéopathie : angélisme ou apocalypse ? Les mêmes extrémismes existent et même si l’impact de l’ostéopathie sur notre monde sera inférieur à celui du climat, l’avenir de milliers d’étudiants et de professionnels demeure incertain : il convient donc de s’en préoccuper: et comme pour le climat, ne rien faire n’est clairement plus une option. A titre d’illustration, on trouvera sur internet aussi bien le discours assuré d’une école qui prétendrait qu’il y a une réelle pénurie d’ostéopathes en France que le discours d’étudiants inquiets pour leur avenir.

Le CEESO Lyon est clair sur ce point: la profession atteint un seuil de saturation critique et se range du coté des étudiants inquiets: le climat ostéopathique se détériore : ne rien faire correspond à condamner les étudiants qui ont fait le choix de cette profession. Ce discours est clairement relayé lors des journées portes ouvertes. Le sujet est par ailleurs abordé lors de l’entretien de sélection. L’ensemble des frais de scolarité est publié sur notre site. Le but de cette transparence est d’établir un contrat moral avec les étudiants qui nous font confiance. Ensemble, et dans un esprit de confiance mutuelle, nous pourrons renverser la tendance et faire en sorte que ce métier merveilleux reste un métier riche d’expérience et économiquement viable. Favoriser le débat « transversal » entre étudiants, professionnels, institutions, etc.