Sur les traces du Yiddishland. Un pays sans frontières PDF

En outre, en Estonie et en Lettonie, entre un cinquième et un tiers de la population est constitué de russophones, surtout dans les villes. On appelle pays baltes les trois pays à l’est de la mer Baltique : l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. L’expression  pays baltes  est sur les traces du Yiddishland. Un pays sans frontières PDF récente et s’est diffusée en Europe à partir des années 1920. L’expression « pays baltes » devient populaire dans les années vingt dans l’opinion et la littérature française.


On l’appelait le Yiddishland. Au centre de l’Europe, à cheval sur la Pologne, la Lituanie, l’Ukraine, la Roumanie et la Hongrie, ce continent n’ayant ni centre ni vrais contours était peuplé de plus de onze millions de Juifs. Avant la Seconde Guerre mondiale, ils formaient des minorités importantes et bien établies. Puis ce continent à disparu, comme l’Atlantide. Aujourd’hui, que reste-t-il des communautés juives dans ces pays? Comment y conserve-t-on le souvenir de leur présence? Quel regard porte-t-on sur leur disparition? Si des résidus d’antisémitisme subsistent, on ressent aussi de la nostalgie, de la curiosité et même une certaine idéalisation de ce passé. Ce livre est le récit d’un voyage sur les routes du Yiddishland d’aujourd’hui, à la recherche de ce qu’il en reste et de ceux qui tentent de le faire renaître ou, tout au moins, d’en perpétuer la mémoire.

Occident, l’idée d’une communion d’intérêts liée à leur situation sur la Baltique orientale face à l’URSS, aboutit ainsi à un changement de perception occidental. Au début des années 1920, on hésita à intégrer la Finlande dans cet ensemble, mais très rapidement elle fut intégré dans l’espace scandinave. Si le retour à l’indépendance et la coopération entre les trois peuples en 1989-1991 renforce la popularité de l’expression, cette dernière aboutit souvent dans de larges parties de l’opinion occidentale à confondre les trois États. Les pays baltes s’étendent sur 175 000 km2, avec une population de 6 826 000 habitants. Bordés par la mer Baltique à l’ouest, ils partagent leurs frontières avec la Russie, la Biélorussie et la Pologne. Le relief de cette région est relativement peu accidenté, ponctué de nombreux lacs et étangs, notamment au nord, et de collines en Lituanie.

UICN et le Conseil de l’Europe. HELCOM est une commission internationale qui est l’équivalent d’OSPAR et qui contribue à la connaissance et protection de l’environnement de la mer Baltique. Articles détaillés : Histoire de l’Estonie, Histoire de la Lettonie et Histoire de la Lituanie. Au néolithique, les peuples de la région acquièrent des compétences agricoles ainsi que la fabrication de la poterie, à travers le partage progressif de savoirs avec des communautés extérieures.

La zone, initialement très boisée et marécageuse, est occupée par des populations proto-Baltes. L’influence latine prend l’ascendant : dans les années 1190, la papauté apporte son soutien à l’établissement d’une église missionnaire chez les Livoniens. Les Chevaliers de Dobrzyń, un autre ordre mineur, tentent de convertir les Prusses païens mais échouent. En 1236, l’ordre des Porte-Glaive, ou ordre livonien, est incorporé dans l’ordre teutonique après la débâcle de Saule contre les Lituaniens encore païens. Il garde néanmoins une organisation semi-autonome. Hanse, avec notamment Rīga qui en était le principal comptoir oriental.

En 1260, à la suite de leur défaite à Durben les Prusses se révoltent un temps. L’expansion de la Lituanie débute avec l’effondrement de la Rus’ de Kiev à la suite des invasions tataro-mongoles. La Lituanie, essentiellement païenne, acquiert de vastes territoires orthodoxes. Cependant sa noblesse devient catholique au fil d’alliances répétées avec le royaume de Pologne. Mazurie et Lituanie, les dernières traces du vieux monde païen disparaissent, dans les forêts bordant le domaine balte teutonique. La pression de la Moscovie conduit la Lituanie à fusionner en 1569 avec la Pologne par l’union de Lublin.