Survivre à la crise la méthode grecque PDF

Ses ouvrages sur le phénomène totalitaire sont étudiés dans le monde entier survivre à la crise la méthode grecque PDF sa pensée politique et philosophique occupe une place importante dans la réflexion contemporaine. Hannah Arendt est née à Hanovre en 1906.


« Dans le bouleversement de la crise économique, financière et sociale, qui ronge la Grèce depuis mai 2010, tout s’accélère. Au quotidien, la population exsangue ne vit plus qu’au rythme des nouvelles taxes, des ponctions brutales des salaires ou des retraites. A l’heure où l’austérité s’impose dans toute l’Europe, la communauté internationale s’est-elle interrogée sur les conséquences des multiples cures de rigueur imposées aux Grecs ?

Ce livre démonte tous les mécanismes qui ont plongé la Grèce dans la crise : la soudaine prospérité avec l’entrée dans la CEE, la corruption des élites, mais aussi le poids de la tradition, des partis politiques, ou même des clubs de foot ou de la musique. En Grèce, aujourd’hui, tout a changé. Jusqu’au vocabulaire, qui change avec la crise. Quand quelque chose est parfait on dira : « C’est Moody’s A » à l’image du triple A de la célèbre agence de notation, ou encore « Ca ne va pas ? Tu as attrapé le FMI ?». D’autres expressions sont devenues risibles comme « Baissez la musique, j’ai du travail demain ! », ironique quand un Grec sur quatre est au chômage.
Puis il y a les afthaireta, tout ce qui n’est ni vraiment légal, ni vraiment interdit, comme 70% des constructions, bâties sans permis de construire, comme ces métiers fantômes ou ces emplois fictifs qui aident les Grecs à survivre à la crise… Mais comment peut-on être Grec ? dirait un Montesquieu moderne. Réponse : et si la Grèce était un miroir qui nous renverrait à notre propre avenir ?

Son père était ingénieur de formation et sa mère pratiquait le français et la musique. Des deux côtés, les grands-parents étaient des Juifs laïcs. Son père meurt en 1913 de la syphilis. En 1925, sa rencontre avec Heidegger est un événement majeur de sa vie, sur les plans tant intellectuel que sentimental. Elle est très jeune et voue une grande admiration à son maître, de dix-sept ans son aîné. C’est le début d’une relation secrète, passionnée et irraisonnée, qui laissera chez Arendt des traces durant toute sa vie. La même année, elle obtient une bourse d’études qui lui permet de travailler jusqu’en 1933 à une biographie de Rahel Varnhagen, une Juive allemande de l’époque du romantisme, qui ne paraîtra qu’en 1958.

Arrivée en France, elle devient la secrétaire particulière de la baronne Germaine de Rothschild et participe à l’accueil des réfugiés fuyant le nazisme. Depuis Paris, elle milite pour la création d’une entité judéo-arabe en Palestine. Puis, elle gagne Marseille où elle obtient, grâce au Centre américain d’Urgence de Varian Fry, un visa pour le Portugal qu’elle rejoint en train. Après la Seconde Guerre mondiale, elle retourne en Allemagne, travaillant pour une association d’aide aux rescapés juifs. Après ces trois livres fondamentaux, elle couvre à Jérusalem le procès du responsable nazi Adolf Eichmann, en qui elle voit l’incarnation de la  banalité du mal . La même année, elle publie également Essai sur la révolution. En 1973, elle commence une série de conférences à Aberdeen sur  La pensée  et  Le vouloir  : elles constituent les deux premières parties de son livre posthume La Vie de l’esprit, dont elle n’a pas eu le temps d’écrire la troisième et dernière partie,  Juger .

Elle meurt le 4 décembre 1975 à New York d’une crise cardiaque. Elle s’inspire cependant aussi de nombreux autres penseurs pour construire sa philosophie, parmi lesquels Aristote, Augustin, Kant, ou encore Nietzsche. Ces prises de position ont grandement contribué à sa célébrité. Arendt souhaitait penser son époque, et elle s’est ainsi intéressée au totalitarisme. Dans le livre Les Origines du totalitarisme, elle met sur le même plan stalinisme et nazisme, contribuant ainsi à systématiser le nouveau concept de  totalitarisme . Articles détaillés : Banalité du mal et Eichmann à Jérusalem.