Thèse : De l’usufruit légal PDF

Otton Ier, surnommé en français Otton le Grand, est un souverain politique, notamment fondateur du Saint-Empire romain germanique. Le jeune Otton succède à son père Henri Ier, roi de Francie orientale mort le 2 juillet 936, et s’impose en souverain politique de plus en plus incontesté thèse : De l’usufruit légal PDF les premières révoltes.


Faculté de droit de Paris. Thèse pour le doctorat. L’acte public… sera soutenu… le 6 aout… par Emmanuel Brugnon,… Droit romain : de peculio castrensi. Droit français : de l’usufruit légal…
Date de l’édition originale : 1863

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Il finit par accaparer petit à petit la fonction puis la dignité impériale jusqu’à sa mort en 973. Durant un long règne, il donne à la royauté germanique un rayonnement et un prestige hors pair, tant par le sens de la gestion politique que par les victoires militaires. Il se proclame roi d’Italie après avoir épousé en 951 la reine Adélaïde, veuve du roi Lothaire. Cette première entité politique dénommée en allemand moderne Reich perdure jusqu’en 1806. Othon, figure annonciatrice de l’état régalien ? L’Europe après le traité de Verdun.

L’empire carolingien, divisé en trois royaumes lors du fameux partage de Verdun de 843, s’effondre dans un long processus d’agonie après les vicissitudes des guerres civiles enclenchées dès 855, puis les troubles et innombrables conflits régionalisés. La Lotharingie impériale est déjà démantelée, ayant subi les ambitions de princes, anciens serviteurs ou courtisans des puissants Carolingiens, ou guerriers opportunistes prompts à tenter l’aventure régalienne. Le duché saxon conserve un puissant particularisme, préservé par les besoins de défense des marches slaves et scandinaves menacées. Le duc n’est alors qu’un puissant chef de guerre, cette structure archaïque du monde germanique ayant été tolérée par l’autorité carolingienne par nécessité pratique.

Des menaces extérieures pénètrent au cœur du monde franc qui a thésaurisé dans les églises et les palais. Les Normands ou autres Vikings qui, depuis plus d’un siècle, terrorisent les côtes, s’enhardissent à remonter les rivières et à en saccager les rivages. Leurs armées prennent maintenant pied pour assiéger les villes ou imposer de lourds tributs. Le délitement et la vacance du pouvoir impérial entraînent la décadence de l’Église et des monastères, alors sous l’emprise ou la commende des pouvoirs politiques laïcs, puis des guerriers rivaux.

Dans les différentes principautés et royaumes émergents d’Occident, les rois et les princes respectant les principes carolingiens nomment les évêques et les abbés choisis dans leur famille proche. Aussi la vie dissolue de certains prêtres et la simonie, c’est-à-dire le vol et le trafic des objets de cultes par les servants, se répandent en absence d’exemplarité dirigeante. La papauté, dignité prestigieuse de la chrétienté d’Occident, est l’objet de féroces rivalités politiques entre les grandes familles aristocratiques romaines. Le pouvoir religieux du métropolite romain en sort émoussé, alors que les invasions païennes ou musulmanes menacent. Il ne pense qu’à faire la cour aux femmes, à festoyer et à participer aux parties de chasse. La population est inégalement répartie en quatre noyaux denses de population : Franconie, Souabe, Saxe, Bavière.

Rivières et fleuves sont des voies navigables importantes pour le commerce et le négoce. Le développement des techniques métallurgiques ultérieures explique aussi l’hégémonie saxonne. Rhétie, la Francie orientale est parcourue par des routes commerciales reliant l’Occident et l’Est. Ainsi, si elles dirigent souvent un centre de pouvoir riche et dense, elles ne sont pas obéies aux frontières qui sont périodiquement saccagées, surtout si leur territoire est formé de massifs aux nombreuses vallées, lieux de refuges. La Franconie est âprement disputée par les deux familles franques Bamberg et Conrardin en lutte constante.

La Bavière habité par des populations mixtes, à la fois germaniques et slaves, s’étend des contreforts alpins à la Thuringe, limitée à l’ouest par le Lech et à l’est par les Monts de Bohême et la rivière Enns. La Souabe rassemble une fraction du duché d’Alemanie entre Franconie et Rhétie, entre vallée rhénane à l’est et du Lech à l’est. Elle est dirigée par une dynastie souabe du lac de Constance. La Saxe s’étend au nord de la Franconie et de la Bavière.