Traité d’embryologie, ou Histoire du développement de l’homme et des vertébrés PDF

Les spécialistes de cette discipline sont appelés zoologistes, ou zoologues. Regroupant plusieurs disciplines et utilisant de nombreuses techniques, cette science s’est lentement élaborée au cours des siècles depuis la Préhistoire. Historiquement, les premières réflexions traité d’embryologie, ou Histoire du développement de l’homme et des vertébrés PDF concernant la zoologie qui nous ont été transmises sont celles d’Aristote.


Traité d’embryologie, ou Histoire du développement de l’homme et des vertébrés / par Oscar Hertwig,… ; traduit sur la troisième édition allemande, par Charles Julin,…
Date de l’édition originale : 1891
Sujet de l’ouvrage : Embryologie

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La frontière entre la zoologie, qui étudie les animaux, et la botanique, qui étudie les végétaux, a été et est toujours sujette à controverses. Le cas des Protozoaires est encore plus problématique. L’étude des êtres vivants unicellulaires révèle des formes ambigües où la distinction entre animal et végétal n’est pas absolue. Une étroite parenté a été mise en évidence entre Ciliés, Sporozoaires et Dinoflagellés. L’ancien règne animal, diminué de la plupart des formes unicellulaires qui lui avaient été rattachées, se révèle proche d’un groupe renfermant la majorité des anciens champignons Eumycètes. Aurochs représentés dans la grotte de Lascaux.

L’Homo sapiens du Paléocène supérieur a réalisé de nombreuses peintures, gravures et sculptures rupestres. Bison polychrome relevé dans la grotte d’Altamira. Rhinocéros à grande corne représenté dans la grotte Chauvet. La période néolithique montre aussi des représentations animales très réalistes. Au Sahara, une civilisation d’éleveurs remontant au VIe millénaire av. Girafe représentée dans le Tadrart Acacus, en Libye. La révolution néolithique, qui est caractérisée par la domestication des animaux, se prolonge sur la période de l’Antiquité.