Triumph, les anglaises de caractère PDF

Royal Enfield est l’une des plus anciennes marques de motos, détenue par la compagnie indienne Eicher Motors, fabricant de bus, tracteurs et véhicules utilitaires. Lancée en Angleterre en 1901, sa production au Royaume-Uni a pris fin en 1970, mais a repris en Inde, où la marque s’est développée. Les deux grandes usines de Hunt End et d’Hewel road triumph, les anglaises de caractère PDF aujourd’hui presque complètement disparu. Le premier site de Hunt End est maintenant un lotissement commercial en bordure d’Enfield Road.


George Townsend, né en 1815, fils d’un fabricant d’aiguilles à coudre d’Alcester, s’installe à Hunt End, un hameau à moins de cinq kilomètres de Redditch, Worcestershire. George Townsend décéda en 1879 et ses deux fils prirent sa succession. Rapidement son fils aîné George Jr. En 1888 la Townsend, employait près de 600 personnes, produisait ses bicyclettes et fournissait une gamme étendues de pièces aux autres fabricants. C’était une des rares entreprises qui fabriquait tout dans ses ateliers, y compris ses outils de production.

En 1890, l’entreprise fut transformée en société à responsabilité limitée mais George Jr. Au printemps 1892, Eadie prit le poste de directeur général et Robert Smith celui de directeur de la production et la société fut rebaptisée The Eadie Manufactoring Company Ltd. La nouvelle société frôla la banqueroute en raison de la conjoncture, malgré la vente de la fabrication d’aiguilles. En 1893, Eadie et Smith ajoutèrent Royal devant Enfield, et la marque commerciale des bicyclettes devint Royal Enfield. Le fameux slogan  Made like a gun  fut créé la même année. Le logo comprenait outre ce slogan une couronne royale surmontant une mitrailleuse Maxim. Le 1er juillet 1896, le Conseil d’administration décida de créer la New Enfield Cycle Company pour regrouper tout ce qui touchait aux bicyclettes, puis, en 1897, le groupe Eadie se renomma The New Eadie Manufactoring Ltd.

En 1899 la production de véhicules motorisés commença avec des tricycles et des quadricycles propulsés par des monocylindres français De Dion qui furent suivis par des automobiles. En 1901 le premier deux roues motorisé fut présenté, une bicyclette munie d’un moteur Minerva refroidi par air placé devant le guidon au-dessus de la roue avant. La transmission à la roue arrière était assurée par une longue courroie croisée au niveau de la potence afin de garder sa tension en toute position. En 1903 les deux monocylindres maison avaient le moteur à la place du pédalier, des 4 temps latéraux dont l’un était à refroidissement liquide et transmission intégrale par chaîne, une première chez la marque. Parallèlement, les bicyclettes Royal Enfield connaissaient un tel succès qu’il fallut agrandir l’outil de production. En raison de la mauvaise conjoncture, Royal décida en 1906 de garantir ses recettes en arrêtant provisoirement la moto pour se consacrer aux bicyclettes dont les ventes ne faiblissaient pas, et de miser pour l’avenir sur l’automobile. Dès 1906, l’Enfield Cycle se consacra quant à elle à la production de bicyclettes et de pièces telles que freins et moyeux qu’ils continueront à fournir pendant plus de 50 ans, de fabriquer les cadres Scott, avant de se remettre à la construction de motos en 1908.

Eadie Manufactoring Ltd sauf l’Enfield Cycle et l’Enfield Autocars Ltd. Albert Eadie démissionna de ces deux sociétés et rejoignit le Conseil d’administration de BSA dont il devint deux ans après le directeur général. En février 1908 l’Enfield Autocars déposa le bilan. Onions qui relança l’activité sous le même nom.