Un cinéma nommé désir PDF

Le cinéma espagnol a été composé tout au long de son histoire par de grandes figures emblématiques. Le cinéma espagnol est également composé d’autres artistes un cinéma nommé désir PDF ont néanmoins connu une répercussion internationale moins importante. Fructuós Gelabert est connu comme le père du cinéma espagnol. Il a réalisé de nombreux films documentaires et a tourné à partir de 1897 les premières fictions espagnoles.


Dès les années 1910 et 1920, et durant toute la période franquiste, le folklore local, le caractère espagnol sont prédominants dans la production cinématographique, jusqu’à en être exagérés dans les  espagnolades . En 1928, Ernesto Giménez Caballero y Luis Beluga fonde le premier cinéclub à Madrid. La capitale devient dès lors le premier centre industriel cinématographique. Cette même année est placée sous le signe du premier film sonore du ciné espagnol avec la réalisation de El misterio de la Puerta del Sol de Francisco Elías Riquelme.

Le cinéaste le plus marquant reste Luis Buñuel, à qui l’on doit Un chien andalou en 1929, court-métrage expérimental, dérangeant, surréaliste, écrit avec Dalí. En 1931, l’arrivée de productions sonores étrangères fait plonger l’industrie du cinéma espagnol, qui se réduit à uniquement quatre titres. L’année suivante, Manuel Casanova fonde la Compañía Industrial Film Española S. La production de films ne cesse d’augmenter jusqu’à 24 œuvres en 1935. Cela aurait pu être le début de la consolidation de l’industrie cinématographique espagnole, cependant le début de la guerre civile interrompt ce progrès. Lors de cette période de guerre apparaît un nouveau genre cinématographique : le cinéma de propagande. En effet, avec l’arrivée de Francisco Franco au pouvoir, les cinéastes de cette époque se retrouvent dans une impasse et n’ont que trois possibilités : cesser toute production, faire des films correspondant aux demandes franquistes de l’époque ou l’auto-censure.