Valeurs religieuses et univers politiques : Amérique du Nord et Europe PDF

William James est souvent présenté comme le fondateur de la psychologie en Amérique. Ce livre présente une psychologie basée sur l’évolutionnisme valeurs religieuses et univers politiques : Amérique du Nord et Europe PDF axée sur la réflexion philosophique. La théorie de la signification constitue le cœur du pragmatisme de James.


Alors que la mort de Dieu était annoncée dans les années 70, celui-ci semble renaître de ses cendres et la religion réinvestit l’espace public. Du port du kirpan au financement des écoles juives au Québec, de la liberté de choisir son école au port du foulard islamique en sol européen, les exemples d’irruption de la religion dans la sphère politique ne manquent pas.

Dans cette perspective, l’auteur examine la manière dont les individus se saisissent de la relation entre la religion et la politique. Les recherches présentées confirment l’importance de la culture religieuse locale et nationale pour comprendre les rapports à la politique. Des sous-cultures religieuses extrêmement vivantes et structurées existent et façonnent différemment les univers politiques individuels, ce qui confirme la place centrale de la religion dans l’explication du politique.

Kristoff Talin est chercheur titulaire au Centre national de la recherche scientifique et chercheur invité au Département de science politique de l’Université de Montréal. Membre de la Chaire de recherche du Canada en citoyenneté et gouvernance, il poursuit depuis vingt ans des recherches sur les attitudes religieuses et politiques des individus en Amérique du Nord et en Europe. Le regard qu’il porte sur ce phénomène et les méthodes qu’il emploie s’inscrivent dans une perspective de politique comparée.

Pour lui, il est inutile et vain de tenter de se focaliser sur les définitions abstraites. Pour comprendre un énoncé, il faut en étudier les conséquences, les soumettre à expérience pour tester leur vérité, prise au sens d’adéquation à la réalité. James accorde une place importante à la croyance, c’est-à-dire à des hypothèses qu’on va chercher à tester pour vérifier leur vérité. Un autre point important chez James est la notion de  tempérament . Pour lui, les tempéraments doux vont vers l’idéalisme tandis que les esprits forts sont plus matérialistes, plus tournés vers la nouveauté, le risque. Si James reproche aux matérialistes leur manque de spiritualité et si, pour lui, un pragmatiste est plutôt doté d’un tempérament médian, il n’en demeure pas moins que pour lui, la nouveauté et l’imagination sont importantes. William James au Brésil en 1865.

William James naît à New York en 1842. Premier enfant d’Henry James et de Mary Walsh, son frère Henry naît en 1843 et sa sœur Alice en 1848. Il reçoit une éducation transatlantique et maîtrise, outre l’anglais, le français et l’allemand. Harvard puis, en 1864, il commence des études de médecine.

Pourtant, dès 1865, il participe à une expédition en Amazonie avec son professeur Louis Agassiz. En 1867-1868, il voyage en Europe et étudie la psychologie à Berlin. En 1869, l’obtention de son diplôme de médecine ne l’empêche pas de connaitre dès l’automne une sévère dépression. Au printemps de 1870, il prend connaissance de la façon dont le néo-kantien français Charles Renouvier traite de la liberté humaine.

En 1872, il accepte une offre du président de Harvard, Eliot, d’enseigner la physiologie aux étudiants de première année. Charles Renouvier, un philosophe ayant influencé William James. En 1878, il se marie, ce qui sera mal perçu par sa sœur Alice. En 1880, il est nommé professeur assistant de philosophie à Harvard tout en continuant d’enseigner la psychologie.