Vies des douze Césars, tome 2 : Tibère – Caligula – Claude – Néron PDF

Cette page est en semi-vies des douze Césars, tome 2 : Tibère – Caligula – Claude – Néron PDF longue. Buste en marbre de Jules César trouvé dans le Rhône.


Suétone a écrit à la même période que Tacite et s’est intéressé à la même période que le grand historien des débuts du principat. Cependant, là où Tacite a cherché à composer une œuvre d’art en traitant le matériau historique avec un grand sens du drame et en dégageant de grandes lois sur la nature humaine, Suétone a innové en élaborant un genre nouveau: la biographie. Sans prétendre atteindre la même qualité artistique que Tacite, Suétone s’est intéressé dans ses Vies des douze Césars aux traits de caractère particulier des empereurs en faisant montre d’un grand goût pour l’anecdote et pour le pittoresque. Ce genre fut voué à un grand succès dans les décennies et les siècles qui suivirent son existence. Ainsi, d’autres biographes au deuxième siècle après Jésus Christ, comme Plutarque, composèrent des vies à la manière de Suétone. Par-delà les qualités littéraires de son œuvre, l’œuvre de Suétone est un précieux document sur le plan historique. Peu soucieux d’effets rhétoriques, Suétone se montre en effet parfois plus véridique que Tacite. Son goût pour le détail précis, pour le document et pour les citations de textes en font un précurseur des historiens modernes.

Le deuxième volume des Vies des douze Césars dans la Collection des Universités de France comprend les livres III à VI de l’œuvre de Suétone et relate les vies des empereurs de la dynastie julio-claudienne: Tibère, Caligula, Claude et Néron. Le texte latin est accompagné de la traduction et des notes d’Henri Ailloud.

49, 47 et mi-46 à 44 av. Comme toute période antique, la période de Jules César est connue grâce à de nombreuses sources historiques qu’elles soient primaires, souvent perdues, ou secondaires, parmi lesquelles on reconstitue les écrits ayant servi à leurs compositions, dans la discipline historique de la Quellenforschung. Les sources primaires acquises à César étant les écrits de César lui-même et les trois récits de guerre insérés dans le corpus césarien. Peut être également inclut l’historien Salluste, bien que les deux Lettres à César sont probablement apocryphes. Varron est également une source mais eu peu de convictions et ne rallie le camp de César qu’après sa victoire à Pharsale.

La Libertas que confisqua César fit un effet négatif sur bon nombre de commentateurs. Les sources secondaires quant à elles sont confrontées à plusieurs problèmes, la recherche à des fins plus moralistes ou rhétoriques qu’historiques. D’autant que contemporains de l’empire, la défense de la république n’est plus d’actualité. Peu de sources secondaires furent hostiles à César, mais il peut y subsister des influences. Les autres sources peuvent prêter à confusion. La numismatique peut s’utiliser pour la dernière partie de sa carrière mais Auguste réutilisa souvent les frappes. Créuse, amené en Italie par son père après la chute de Troie.

Caius Julius César naît vers 100 av. Caius Julius Caesar III et d’Aurelia Cotta, également d’origine patricienne. Ces qualités de séduction seront ses premiers atouts dans la vie publique romaine. Son père, Caius Julius Caesar III, ne dépasse pas, dans sa carrière politique, le rang de préteur en 92 av. Son oncle, Sextus Julius Caesar III, obtient le consulat en 91 av. La jeunesse de Jules César s’inscrit dans un contexte de violentes luttes politiques qui opposent les optimates aux populares. Les premiers maintiennent une ligne conservatrice et aristocratique qui place le sénat romain au cœur de la République.

Ses relations familiales placent Jules César parmi les populares dans le jeu politique romain. Sa tante Julia fut l’épouse du consul Marius et lui-même épouse en 84 av. Lucius Cornelius Merula durant les proscriptions marianistes. Sylla exige que César divorce de Cornelia Cinna et rompe ainsi ses derniers liens avec les marianistes. César refuse, et doit se cacher, jusqu’à ce que de puissants protecteurs, dont son oncle Aurelius Cotta, fassent fléchir Sylla et cesser la traque. Lors de la prise de Mytilène, César accomplit un exploit que les historiens ne précisent pas, mais qui lui vaut en récompense une couronne civique, la plus glorieuse décoration militaire, habituellement décernée pour avoir sauvé au combat la vie d’un concitoyen.